Sélectionner une page

Ne cherchez pas, ils ont disparu du paysage eurois pendant cette campagne. Ni les LR, ni le PS, encore moins LREM, le PCF, le MoDem (qui se déchire) et a fortiori EE-LV (structuré au plan régional) n’ont fait de ces élections municipales un enjeu départemental. Toujours cet effet Macron qui a renversé la table en 2017 ? Pudeur exagérée des partis eurois exsangues qui n’osent revendiquer la couleur ? Ou tout bonnement parce que ce scrutin, comme le clament les patrons desdits partis, n’est pas celui qui permet de mesurer le poids de leurs formations politiques ? Un peu des trois, mon capitaine !

PAS DE SON,PAS D’IMAGE

Quand bien même certains candidats affichent volontiers leurs soutiens partisans et leur appartenance à un parti, comme l’ancien référent départemental LREM Guillaume Rouger à Évreux ou encore son opposant socialiste (premier fédéral du parti à la rose) Timour Veyri, le président des LR de l’Eure Guy Lefrand, candidat à sa succession dans la capitale du département, met au placard son étiquette politicienne. C’est aussi le cas à Val-de-Reuil par exemple, où l’ancien patron du PS, Marc-Antoine Jamet, à mis le vert et l’écologie à l’honneur sur ses affiches, sans jamais une pointe de rose…

Lien vers l’article : https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/municipales-2020-le-rassemblement-national-seul-parti-a-se-positionner-dans-l-eure-EK16492886