Sélectionner une page

 

À l’invitation du préfet de l’Eure Jérôme Filippini et à quelques heures des annonces du Premier ministre Édouard Philippe, plusieurs maires du département étaient réunis via une visioconférence, lundi 27 avril 2020 après-midi, afin de faire connaître leurs interrogations à l’aune de la réouverture partielle des écoles qui était jusqu’à présent annoncée à partir du 11 mai 2020.

« À ma connaissance, il n’y a pas de refus de principe des maires de l’Eure de rouvrir les écoles, explique Jean-Paul Legendre (LR), président de l’Union des maires eurois. Mais plusieurs d’entre nous, dont ceux de Louviers, Val-de-Reuil et Évreux, ont clairement exprimé leurs doutes quant à cette réouverture qui nous paraît un peu précipitée. De quels moyens les maires disposeront-ils pour garantir la sécurité sanitaire en classe, dans les cantines, le périscolaire, les transports, les garderies ? On ne sait pas s’il est question de nettoyage ou de désinfection des lieux. Comment feront les villages qui n’ont pas d’agents dédiés à veiller sur le respect des gestes barrière et du port des masques, par exemple ? »

Une société qui se judiciarise de plus en plus

Autre question essentielle qui se pose : « Dans notre société qui se judiciarise de plus en plus, nous craignons que les maires se retrouvent bien seuls. Le préfet nous a annoncé des fiches de procédures à respecter, mais quand bien même, il nous est impossible d’organiser une rentrée en quelques jours », s’émeut le maire d’Iville, par ailleurs avocat au barreau de l’Eure.

Proposition de loi

Justement, le sénateur (UC) de l’Eure Hervé Maurey a déposé une proposition de loi pour renforcer la protection juridique des maires dans le cadre de la réouverture des écoles décidée par le président de la République. « Elle vise à ce que la responsabilité d’un maire appelé à mettre en œuvre une décision de l’État, ou d’une autre collectivité locale, ne puisse pas être engagée s’il ne dispose pas des moyens adaptés, à moins qu’il ait commis de façon manifestement délibérée une faute caractérisée, explique le parlementaire et ancien maire de BernayIl n’est pas normal qu’un maire qui n’a pas les moyens d’assurer la réouverture de l’école de sa commune en toute sécurité puisse voir sa responsabilité juridique engagée alors même que cette décision a été prise par l’État. »

« Grave erreur »

Une prise de position qui ne plaît pas à tous : « Votre projet de loi visant à déresponsabiliser les maires par rapport à la reprise du 11 mai 2020 est une grave erreur. Je pense que cette proposition est même démagogique. La perspective des élections sénatoriales ne justifie pas tout !, tonne le maire (SE) de Saint-Éloi-de-Fourques, Denis Szalkowski. Nos populations ont confiance en nous, alors que leur confiance vis-à-vis de l’État et de la représentation nationale — dont vous faites partie — est en train de voler en éclat. »

Lien vers l’article : https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/reouverture-des-ecoles-apres-le-confinement-les-maires-de-l-eure-tres-sceptiques-DC16723770